Petit propos sur la production industrielle expliquée aux personnes âgées

Version automobile, mais fonctionne avec l’aéronautique, le ferroviaire et les figurines

1/ Besoin exprimé

  1. Le design de la pièce

Tout d’abord il faut créer la pièce :

Le responsable de prod :

  • Roger, pour la pièce, il nous faut un truc long et large, avec des encoches, un trou et qui pèse pas trop lourd.

Roger le designer :

  • Ma ok yé té fais ça avec oune peu de glaise (remplacer par greenstuff ou milliput) et dès que yé avancé on fait oune réounione.

En effet, la plupart des modèles de pièces et de bagnoles en industrie, une fois le concept designé, sont fait avec de la glaise. Cela permet de mettre en 3D des problèmes de dimensions et d’équilibre, d’harmonie n’apparaissant pas sur le papier, même si le dessin « il est zouli. »

 

(Master de figurine échelle 1 :1 et 3 :1)

 

  1. Les caractéristiques techniques :

Une fois que Roger a bien taffé, le Bureau d’étude s’y colle pour la partie mesure, dimensions et caractéristiques techniques.

En gros, quelle taille, le type de matériau, sa capacité de déformation pis des trucs qui ressemblent à &ù@#;!!§µ en nanomètres^^. Ces mecs sont étranges !^^

 

  1. Les tests techniques :

Bien évidemment il faut pouvoir manipuler la pièce et voir si elle rentre dans les emplacements que l’on a prévu pour elle (CMB). En outre, cela permet aussi de détecter les anomalies sur les cotes de la pièce et les réactions en contrainte (comprendre : quand on appuie ou on tire dessus), mais aussi pour le fabricant d’évaluer les coûts et les besoin de production.

 

(Figurine de Drew paraphilias, Version 3 :1 et 1 :1)

On utilise souvent de la résine (epoxy et tout le bordel) car peu onéreuse par rapport à des pièces direct dans le matériau prévu. Le mec qui achète le titane pour la boîte vous dira merci.

 

Eh oui le but de produire et de gagner du pognon, pas d’en perdre avant de commencer la commercialisation ! Incroyable non ?

 

  1. Les tests pré séries

Alors là c’est le moment chaud, là les coutures craquent car on commenceà faire les premières pièces et assembler les premières bagnoles.

Elles servent aux différents tests grandeur nature, intempéries, souffleries mais aussi ajustement fixation…

On teste aussi la ligne de prod et on forme les opérateurs.

C’est aussi pour le marketing, pour la présentation commerciale, les pubs, les opérations de communication. (figs envoyées au studio eavy metal et dans les vitrines du warhammer world.)

 

 

  1. La production :

Une fois les pré séries faites on lance la prod, les fournisseurs lancent les investissements et les modifications nécessaires pour les outils de prod (moules, stockage, packaging…).

On passe donc dans la vraie vie avec la montée en cadence progressive de la chaîne ainsi que le rodage du matos.

Voilà on a sa bagnole, son petit bonhomme ou son avion et on est content 🙂

 

Je rappelle que nous parlons ici de vulgarisation, donc rageux et pinailleurs on peut en causer quand vous voulez.

Et pour les éternels sceptiques, disons que c’est mon boulot depuis 10 ans

bisous

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *